Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash  sur les deux villes jumelles Tain-l'Hermitage                                                                              Tournon-sur-Rhône

Tournon-sur-Rhône (Ardèche) est la ville de toute ma jeunesse et puis un jour j'ai traversé le Rhône pour habiter Tain-l'Hermitage (Drôme) aux pieds des célèbres Côteaux de l'Hermitage...

Passerelle Tournon

Publié le 24 Février 2014

Pour trouver des ponts plus résistants, il faut attendre la découverte des frères Seguin qui obtiennent en 1824 (Ordonnance du 22 janvier) l'autorisation de construire un pont à leurs frais, risques et périls entre Tain et Tournon, conformément au projet souscrit par eux le 17 octobre 1823. Pour s'indemniser, les frères Seguin sont autorisés à percevoir des péages sur la base île 0 fr. 10 par personne. Le projet réalisé en 1826 fut le premier pont suspendu du Rhône. Cette solution du pont suspendu permettait une très grande portée dépassant de plus du double, celle admise à l'époque pour les ponts en maçonnerie ou en charpente, et par ce. moyen, il devenait possible de réduire le nombre de piles à construire dans le fleuve et parfois même de les supprimer complètement. La construction de l'ouvrage n'exigeant aucun cintre et par suite aucun appui provisoire dans le fleuve, le travail le plus délicat consistait à mettre en place les câbles, ce qui pouvait se faire en commençant par lancer en travers du fleuve une cinquenelle quelconque permettant de tirer d'une rive à l'autre un premier câble.Le résultat fut si remarquable qu'immédiatement après, de nombreux ponts suspendus furent entrepris sur le Rhône : en 1828, le pont d'Andance, suivi en 1929 du pont de Beaucaire". Le pont d'Andance comporte deux travées de 90 m., le pont de Beaucaire 4 travées, deux de 90 mètres et deux de 110 mètres. En 1829, c'est le pont suspendu de Vienne qui comporte deux travées de 85 mètres ; ce pont a été renforcé en 1922 de manière à permettre le passage des convois modernes, transformation qui par la multiplication des câbles lui avait donné un aspect assez désagréable. En 1928, construction du pont suspendu de Bourg-Saint-Andéol (trois travées de 90 m. environ) et du pont suspendu de Valence (deux travées de 110 mètres environ) remplacé en 1905 par un pont en maçonnerie à 4 arches de 50 mètres d'ouverture.

En 1944, il existait donc sur le Rhône, à l'aval de Lyon, 20 ponts-roules plus une passerelle (la passerelle Seguin, à Tournon). Pour gêner le mouvement des troupes allemandes et faciliter les opérations de la libération, l'aviation alliée et 1еь organisations du Maquis cherchèrent dès le mois cle juin à couper ces ponts. C'est ainsi que Je 25 juin, un bombardement de l'aviation alliée réussit à couper le pont suspendu d'Avignon. Dans la nuit du 23 au 24 juillet, le Maquis coupa les câbles du pont suspendu de Viviers et les tabliers des trois travées furent précipités dans le fleuve, rendant à peu près - impossible toute -. navigation au passage de cet ouvrage.Le Maquis réussit encore, le 29 août, quelques moment avant la libération, la destruction des deux ponts de Tournon. Plus à l'amont, les Allemands détruisirent eux-mêmes au: moment dé leurs départ les ponts restants.

Passerelle Tournon
Commenter cet article